Séminaires

L’Institut pour la démocratie organise des séminaires en France et à l’étranger sur des problèmes institutionnels, de sa propre initiative ou à la demande de dirigeants politiques locaux. Ils réunissent des experts et des décideurs politiques, dans le but d’améliorer le caractère démocratique des institutions et de faciliter des prises de décisions bénéfiques dans les pays concernés.

Pour mener à bien cette tâche, l’Institut fonctionne comme un réseau d’experts, généralement universitaires, qu’il sollicite au coup par coup selon les pays considérés et la nature des sujets traités. Il est déjà intervenu dans une quarantaine de pays depuis sa fondation.

De 1986 à 1989, il a été présent en Amérique latine (Panama, Mexique, Nicaragua, Bolivie, Paraguay et Chili), région marquée à l’époque par de nombreux soubresauts. A la chute du Rideau de fer, il s’est tourné vers les pays d’Europe centrale et orientale. Il a notamment organisé en 1991 à l’abbaye de Fontevraud un séminaire auquel ont participé vingt ministres de la justice des pays de l’ancien glacis soviétique.

Parmi des séminaires notables, figure celui qui a porté sur le bilan de quinze ans d’expérience constitutionnelle dans les pays d’Europe centrale et orientale, co-organisé en novembre 2004 avec la Commission de Venise du Conseil de l’Europe, ayant réuni une vingtaine d’Etats; ou encore l’analyse de la constitution de la Russie présentée au séminaire organisé par le parti Russie Unie à Moscou en décembre 2006.

Depuis le début du « printemps arabe », l’Institut s’est mis à la disposition des Etats du Maghreb et du Moyen-Orient en quête d’avis, même s’il n’a pas toujours été entendu. Il préconise l’adoption d’un modèle de constitution type « clé en main », dont l’efficacité a pourtant été largement démontrée, laquelle peut se résumer en 30 articles, dont 10 pour énoncer les règles de la démocratie en préambule.

Les nouveaux membres du club mondial des démocraties mériteraient vraiment de se voir offrir un tel viatique en guise de cadeau de bienvenue, ce qui leur éviterait bien des déboires.